Qu’est-ce que le syndrome métabolique ? Comment le prévenir et le traiter naturellement ?

syndrome-metabolique

Le syndrome métabolique n’est certes pas une maladie, mais il ne se réduit pas au simple fait que votre métabolisme est devenu lent ou déséquilibré. En effet, c’est une condition de santé qui résulte d’une combinaison de plusieurs troubles physiologiques et biochimiques.

Le terme “métabolique” désigne les processus biochimiques impliqués dans le fonctionnement normal de l’organisme. Lorsque vous avez un syndrome métabolique, votre corps ne fonctionne pas normalement. Pire, le syndrome métabolique augmente le risque de problèmes de santé très préoccupants et potentiellement mortels, notamment les maladies cardiaques, les accidents vasculaires cérébraux et le diabète.

Cependant, de nombreux moyens existent pour éviter le syndrome métabolique comme le maintien d’un poids de santé par exemple, pratiquer une activité physique régulière et adopter un régime alimentaire exempt d’aliments qui peuvent nuire à votre métabolisme. Il existe même un régime du syndrome métabolique et des plans de traitement naturel pour rétablir le bon fonctionnement de votre fonction métabolique.

Qu’est-ce que le syndrome métabolique ?

Appelé aussi le « syndrome X », le syndrome metabolique désigne la coexistence de plusieurs troubles de santé d’origine lipidique, glucidique ou vasculaire associés à un excès de poids, chez un même individu.

Il s’agit en fait d’un groupe de conditions, notamment l’obésité abdominale, les taux élevés de triglycérides, les taux élevés de glycémie à jeun, l’hypertension ou le faible taux de cholestérol HDL. Lorsqu’une personne présente au moins trois de ces facteurs de risque métaboliques, on parle de syndrome métabolique.

Environ 85% des personnes atteintes de diabète de type 2 souffrent de syndrome métabolique et courent un risque beaucoup plus élevé de maladie cardiaque que les 15% de personnes atteintes de diabète de type 2 sans syndrome métabolique [1].

Symptômes et facteurs de risque

Malheureusement, la plupart des troubles associés au syndrome métabolique sont asymptomatiques. Cependant, l’un des signes visibles les plus fréquents est un tour de taille important : au moins 102 cm pour les hommes et 88 cm pour les femmes.

A noter que chez les hommes un tour de taille normal se situe à moins de 94 cm et le seuil d’obésité commence à partir de 102 cm. Pour les femmes, la normes c’est moins 80 cm et le seuil d’obésité est égal ou supérieur à 88 cm.

Si la grande partie des graisses est située autour de votre taille plutôt qu’au niveau de vos hanches, vous courez un risque plus élevé de maladie cardiaque et de diabète de type 2 [2].

symptomes-et-facteurs-de-risque-du-syndrome-metabolique

Les autres symptômes et facteurs de risque du syndrome métabolique comprennent :

1. Glycémie élevée à jeun

Si vous avez une glycémie très élevée, vous pourriez ressentir les signes et les symptômes du diabète comme une soif accrue, une augmentation de la miction, de la fatigue et une vision trouble.

Une glycémie à jeun normale est inférieure à 1 g/ L. Entre 1 et 1,25 g / L est considéré comme un prédiabète. Et un taux de glycémie à jeun de 1,26 g / L ou plus est considéré comme un diabète.

Un taux de glycémie à jeun de 1 g / L ou plus (ou la prise d’un médicament pour traiter l’hyperglycémie) est considéré comme un facteur de risque métabolique.

2. Hypertension artérielle

L’hypertension artérielle est un autre symptôme et facteur de risque du syndrome métabolique, qui peut passer inaperçu à moins de vérifier régulièrement votre tension artérielle.

Une pression artérielle de 130/85 mmHg ou plus (ou la prise d’un médicament contre l’hypertension artérielle) est considérée comme un facteur de risque métabolique.

3. Triglycérides élevés

Le taux élevé de triglycérides est un autre signe possible du syndrome métabolique.

Les triglycérides sont un type de graisse ou de lipide qui se trouvent dans le sang. Lorsque vous mangez, votre corps convertit immédiatement les calories dont il n’a pas besoin en triglycérides.

Un taux de triglycérides de 1,5 g / L ou plus (ou la prise d’un médicament pour traiter des triglycérides élevés) est un facteur de risque métabolique.

4. Faible cholestérol HDL

Le cholestérol HDL est souvent appelé «bon» cholestérol, car il aide à éliminer le cholestérol de vos artères. Un taux de cholestérol HDL inférieur à 0,5 g / L chez la femme et inférieur à 0,4 g / L chez l’homme (ou la prise d’un traitement médicamenteux contre le cholestérol HDL) est un facteur de risque de syndrome métabolique.

Un médecin peut diagnostiquer un syndrome métabolique en fonction des résultats d’un examen physique et de tests sanguins.

Voici une illustration pour résumer les symptômes du syndrome métabolique

diagnostic-du-syndrome-metabolique

Causes du syndrome métabolique

Les deux principales causes du syndrome métabolique sont le surpoids ou l’obésité et le manque d’activité physique.

Des chercheurs ont mené une étude en 2017 dont l’objectif était de déterminer l’effet de l’exercice de résistance, seul et associé à un exercice cardio, sur le risque de développement du syndrome métabolique. Les résultats observés ont mis en évidence qu’une heure d’exercice hebdomadaire de résistance était associée à une réduction de 29% du risque de développer un syndrome métabolique, comparé à l’absence d’activité physique. Les participants qui ont ajouté l’exercice cardio à leur exercice de résistance ont présenté un risque inférieur de 25% [3].

Le syndrome métabolique est aussi une maladie métabolique directement liée à la résistance à l’insuline, une condition de santé plus fréquente chez les personnes obèses et inactives.

Qu’est-ce que la résistance à l’insuline ?

Normalement, un système digestif sain décompose les aliments en glucose qui sera utilisé comme carburant. L’insuline, une hormone fabriquée par le pancréas, contribue à ce processus en facilitant la pénétration du glucose dans les cellules.

La résistance à l’insuline  c’est quand les cellules ne répondent pas de manière typique à l’insuline et, par conséquent, le glucose ne peut pas pénétrer aussi facilement dans les cellules. Ce phénomène entraîne une augmentation des taux de glucose dans le sang malgré les efforts entrepris par l’organisme pour gérer cette situation en produisant plus et encore plus d’insuline.

Si cette situation persiste, au fil du temps le corps sera incapable de produire suffisamment d’insuline pour maintenir la glycémie dans un niveau normal, ce qui entrainera inévitablement le diabète.

Et vu que près de 85% des personnes atteintes de diabète de type 2 sont également atteintes du syndrome métabolique, si vous développez un diabète, votre risque de développer un syndrome métabolique sera donc très élevé.

Autres facteurs de risque

Parmi les facteurs de risque supplémentaires, dont la plupart sont malheureusement hors de votre contrôle, et qui sont susceptibles d’augmenter le risque de développer un syndrome métabolique, citons :

  • Âge : Le risque du syndrome métabolique augmente avec l’âge. Ce trouble touche 40% des personnes de plus de 60 ans ;
  • Race  : Les Latinos et les Asiatiques semblent courir un plus grand risque de syndrome métabolique que les autres races ;
  • Antécédents familiaux de diabète : Vous êtes plus susceptible d’avoir un syndrome métabolique si vous avez des antécédents familiaux de diabète de type 2 ou si vous avez eu un diabète pendant la grossesse (diabète gestationnel) ;
  • Autres maladies : Votre risque de syndrome métabolique est plus élevé si vous avez déjà eu une maladie cardiovasculaire, une stéatose hépatique non alcoolique ou un syndrome des ovaires polykystiques.

Les calculs biliaires et les problèmes respiratoires pendant le sommeil (comme l’apnée du sommeil) sont également soupçonnés d’être des facteurs de risque du syndrome métabolique.

Régime alimentaire du syndrome métabolique

– Aliments à éviter

1. Aliments transformés et “faux aliments”

Évitez autant que possible les aliments transformés et les “faux aliments” ou aliments ultra-transformés qui sont entièrement conçus par les industriels agro-alimentaires. Ces produits sont généralement dépourvus de nutriments et contiennent des additifs et des agents de conservation malsains.

En fait, une étude réalisée en 2015 a révélé que la consommation de fast-food augmente l’incidence du syndrome métabolique chez les enfants et les adultes [4]. En outre, des chercheurs brésiliens ont constaté que la consommation élevée d’aliments ultra-transformés était associée au syndrome métabolique chez les adolescents [5].

2. Edulcorants artificiels

Les édulcorants artificiels ont été directement liés à l’apparition du diabète et du syndrome métabolique.

Les preuves accumulées suggèrent que la consommation fréquente de substituts de sucre contenant de l’aspartame, du sucralose et de la saccharine, augmente le risque de prise de poids excessive ainsi que de développement du syndrome métabolique, de diabète de type 2 et de maladies cardiovasculaires [6].

3. Boissons gazeuses diète

Des études montrent que la consommation de soda est associée à des risques significativement plus élevés de certaines composantes du syndrome métabolique incident et du diabète de type 2.

Selon une étude de 2009, la consommation quotidienne de soda augmentait de 36% le risque du syndrome métabolique et de 67% le risque du diabète de type 2 ! [7].

4. Gras trans  ou acides gras trans

Les gras trans se trouvent dans les aliments à base d’huiles et de graisses hydrogénées, telles que la margarine ; produits de boulangerie tels que biscuits, gâteaux et tartes ; craquelins ; les glaçons et crèmes à café.

Ces gras trans augmentent les taux de cholestérol LDL (mauvais cholesterol) et de triglycérides. Cette augmentation peut affecter négativement votre tour de taille, votre santé cardiaque et vos troubles métaboliques [8].

5. Glucides raffinés et sucre

La consommation de ces deux produits est la principale cause des taux élevés de sucre dans le sang, de la résistance à l’insuline et du développement du diabète et du syndrome métabolique.

Le sucre, en particulier lorsqu’il est utilisé pour sucrer les boissons, est l’un des principaux responsables, tout comme les glucides raffinés [9].

Une étude récente menée en Corée, où l’incidence du syndrome métabolique est élevée, a examiné les effets des glucides raffinés sur ce trouble métabolique. Les chercheurs ont découvert que “le pourcentage d’énergie provenant des glucides chez les hommes et la consommation de grains raffinés, y compris le riz blanc, chez les femmes étaient associés au syndrome métabolique” [10].

6. Alcool

Trop d’alcool peut augmenter votre tension artérielle et votre taux de triglycérides. L’alcool ajoute également des calories supplémentaires à votre alimentation, ce qui peut entraîner une prise de poids.

Cependant, une consommation modérée d’alcool peut être bénéfique pour vous. C’est ce que stipule une méta-analyse publiée dans Clinical Nutrition qui a montré que si la consommation excessive d’alcool augmente le risque de syndrome métabolique, «une consommation d’alcool très légère semblait associée à un risque réduit de syndrome métabolique» [11].

Les hommes ne devraient pas consommer plus de deux verres d’alcool par jour, alors que les femmes ne devraient pas consommer plus d’une boisson par jour. Une boisson correspond à :

  • 33 cl de bière ;
  • 15 cl de vin ;
  • 4 cl de liqueur.

– Aliments qui guérissent et préviennent le syndrome métabolique

Parmi les principaux aliments pour guérir et prévenir le syndrome métabolique, citons :

1. Poisson et oméga-3

Les oméga-3 présents dans les poissons d’eau froide contribuent à réguler le rythme cardiaque, à réduire la tension artérielle, à réduire la formation de caillots sanguins et à réduire l’inflammation globale [12].

Les aliments riches en oméga-3 sont également des aliments hypocholestérolémiants qui aident à réduire les triglycérides et le mauvais cholestérol LDL.

En plus des poissons, il existe d’autres aliments à base d’oméga-3, comme les noix, les graines de lin, le natto et le bœuf nourri à l’herbe.

2. Légumes

Les légumes-feuilles foncés comme le chou frisé et les épinards, l’avocat, le brocoli, le chou et les carottes sont quelques-unes des nombreuses sources d’alimentation riches en antioxydants et phytonutriments anti-inflammatoires.

La consommation d’avocat, en particulier, s’est avérée cliniquement bénéfique pour prévenir le syndrome métabolique [13].

3. Fruits

Avec modération (pour ne pas en abuser du sucre naturel), la consommation quotidienne de fruits est une habitude facile et thérapeutique qu’il faut adopter.

La recherche a démontré que les graines de grenade en particulier aident à améliorer le syndrome métabolique.

Des études publiées dans Food & Nutrition ont conclu que la grenade “exerce des effets hypoglycémiques, y compris une augmentation de la sensibilité à l’insuline, une inhibition de l’α-glucosidase et un impact sur la fonction de transporteur de glucose 4, mais est également responsable d’une diminution du cholestérol total profils lipidiques, ainsi que des effets anti-inflammatoires grâce à la modulation des voies des récepteurs activés par les proliférateurs de peroxysomes.

Ces effets peuvent également expliquer le rôle des composés dérivés de la grenade dans l’amélioration des effets nocifs sur la santé causés par le syndrome métabolique “[14].

4. Légumineuses

Parmi les légumineuses délicieuses à essayer, citons les haricots rouges, les lentilles, les pois chiches, les pois aux yeux noirs et les haricots de Lima.

Riche en fibres et en protéines, les légumineuses sont un excellent choix quotidien pour garder votre glycémie stable et maintenir votre tour de taille. Et elles sont particulièrement utiles dans la prévention du syndrome métabolique.

Une étude de 2014 a examiné les effets des légumineuses sur le syndrome métabolique. Un questionnaire de fréquence alimentaire de 48 items validé a été utilisé pour évaluer les comportements alimentaires de 2027 personnes tirées du programme Isfahan Healthy Heart.

Les chercheurs ont constaté que “tous les composants du syndrome métabolique étaient moins fréquents chez les sujets ayant une consommation régulière de légumineuses” [15].

5. Grains entiers

Les aliments riches en fibres, comme les grains entiers, y compris les flocons d’avoine et le riz brun, ont non seulement des avantages prouvés pour le diabète et la santé cardiaque, mais ils aident également à contrôler votre tour de taille.

En tant que tels, les grains entiers font partie d’un plan de traitement équilibré et sain du syndrome métabolique [16].

– Suppléments

1. Ginseng, berbérine et melon amer

Des recherches publiées en 2009 ont montré que le ginseng, la berbérine et le melon amer, couramment utilisés en médecine chinoise, sont de puissants remèdes naturels contre le syndrome métabolique.

Ils aident à réguler le métabolisme du glucose et des lipides, ce qui affecte directement et positivement la gestion du poids [17].

2. Basilic sacré / tulsi

Des chercheurs du Département des sciences domestiques de l’Université Azad d’agriculture et de technologie en Inde ont étudié les effets des feuilles de basilic sacré sur la glycémie et le taux de cholestérol sérique chez l’homme par des essais cliniques en double aveugle. Les résultats ont montré que le basilic contrôle la glycémie et entraine de légères améliorations du taux de cholestérol.

Ces résultats suggèrent que la supplémentation en basilic peut être un moyen utile et sûr d’aider à contrôler le diabète et les complications qu’il peut entrainer comme le syndrome métabolique [18].

3. Spiruline

La spiruline contient de la phycocyanine, un pigment qui a des effets anti-hypertenseurs. En d’autres termes, elle permet d’abaisser la tension artérielle.

Des chercheurs japonais affirment que la consommation d’algues bleu-vert inverse la dysfonction endothéliale dans le syndrome métabolique [19].

4. Racine de Maca

La racine de maca augmente les niveaux de glutathion dans le corps, ce qui améliore non seulement votre système immunitaire et votre résistance aux maladies, mais aide également à équilibrer les niveaux appropriés de cholestérol dans le corps.

En outre, elle améliore de manière significative la tolérance au glucose en abaissant ses taux dans le sang, ce qui améliore la santé cardiaque et des conditions telles que le diabète ou le syndrome métabolique [20].

Traitement naturel du syndrome métabolique

1. Huiles Essentielles

Les meilleures huiles essentielles pour la perte de poids sont le pamplemousse, la cannelle et le gingembre.

L’huile essentielle de pamplemousse fonctionne en activant des enzymes qui aident votre corps à décomposer la graisse corporelle brune.

L’huile de cannelle aide à réguler la glycémie et le FGT (facteur de tolérance au glucose). Pour cette raison, l’huile de cannelle est également efficace pour toute personne atteinte de diabète [21, 22].

L’huile de gingembre réduit les fringales de sucre et aide à réduire l’inflammation dans le corps. Si vous voulez perdre du poids, il est essentiel de réduire l’inflammation et de favoriser la digestion et l’absorption des nutriments. C’est ce que l’huile de gingembre vous aide à faire [23].

2. Entraînement en rafale

Se débarrasser de la graisse du ventre est la clé du traitement du syndrome métabolique. L’entraînement en rafale aide votre corps à devenir une machine à brûler les graisses.

Cette forme typique d’exercice consiste à alterner des séances d’exercice à haute intensité (90 à 100% de votre fréquence cardiaque maximale pendant 30 à 60 secondes) et des périodes de repos / récupération de 30 à 60 secondes .

Si les entrainements classiques n’ont donné aucun résultat pour vous, c’est parce que les exercices cardiovasculaires sur de longues distances peuvent diminuer la testostérone et augmenter le cortisol, l’hormone du stress. Des niveaux accrus de cortisol stimulent l’appétit, augmentent le stockage des graisses et ralentissent ou inhibent la récupération de l’exercice.

Si l’entraînement en rafale n’est pas pour vous, visez au moins 30 minutes par jour d’exercices d’intensité modérée, comme la marche rapide [24].

3. Perdre du poids

La perte de poids peut réduire la résistance à l’insuline et la tension artérielle, aidant ainsi à maîtriser votre syndrome métabolique [25].

4. Arrêtez de fumer

Fumer des cigarettes peut entraîner et aggraver les conséquences du syndrome métabolique sur la santé et augmenter la probabilité de problèmes cardiaques et d’accidents vasculaires cérébraux, entre autres problèmes de santé majeurs [26].

Traitement conventionnel du syndrome métabolique

Les changements des habitudes malsaines (alimentaires et autres comme la sédentarité) sont généralement le traitement principal du syndrome métabolique.

Les changements de mode de vie recommandés comprennent généralement une alimentation saine pour le cœur, une bonne gestion du stress, la perte et le maintien d’un poids santé, une activité physique régulière et l’abandon des mauvaises habitudes comme le tabac.

Si les changements de mode de vie ne sont pas efficaces, votre médecin vous prescrira probablement des médicaments pour traiter et contrôler vos facteurs de risque, comme l’hypertension, les triglycérides élevés, le faible cholestérol HDL et l’hyperglycémie.

Le principal objectif d’un médecin dans le traitement du syndrome métabolique est de réduire le risque de maladie coronarienne. Le deuxième objectif du traitement est de prévenir l’apparition du diabète de type 2, s’il ne s’est pas déjà développé.

Références

– 1. Metabolic Syndrome. National Heart, Lung, and Blood Institute. U.S. Department of Health & Human Services.
– 2. Metabolic Syndrome Treatment. National Heart, Lung, and Blood Institute. U.S. Department of Health & Human Services.
– 3. Esmée A. Bakker, MSc, Duck-chul Lee, PhD Duck-chul Lee PhD Duck-chul Lee, Xuemei Sui, MD, PhD, Enrique G. Artero, PhD, Jonatan R. Ruiz, PhD, Thijs M.H. Eijsvogels, PhD, Carl J. Lavie, MD, Steven N. Blair, PED. Association of Resistance Exercise, Independent of and Combined With Aerobic Exercise, With the Incidence of Metabolic Syndrome. Mayo Clinic Porceedings. August 2017Volume 92, Issue 8, Pages 1214–1222. DOI: https://doi.org/10.1016/j.mayocp.2017.02.018
– 4. Golaleh Asghari, Emad Yuzbashian, Parvin Mirmiran, Behnaz Mahmoodi, and Fereidoun Azizi. Fast Food Intake Increases the Incidence of Metabolic Syndrome in Children and Adolescents: Tehran Lipid and Glucose Study. PLoS One. 2015; 10(10): e0139641. Published online 2015 Oct 8. doi: 10.1371/journal.pone.0139641
– 5. Tavares LF, Fonseca SC, Garcia Rosa ML, Yokoo EM. Relationship between ultra-processed foods and metabolic syndrome in adolescents from a Brazilian Family Doctor Program. Public Health Nutr. 2012 Jan;15(1):82-7. doi: 10.1017/S1368980011001571. Epub 2011 Jul 14.
– 6. Susan E. Swithers. Artificial sweeteners produce the counterintuitive effect of inducing metabolic derangements. Trends Endocrinol Metab. Author manuscript; available in PMC 2014 Sep 1. Published in final edited form as: Trends Endocrinol Metab. 2013 Sep; 24(9): 431–441. Published online 2013 Jul 10. doi: 10.1016/j.tem.2013.05.005
– 7. Nettleton JA, Lutsey PL, Wang Y, Lima JA, Michos ED, Jacobs DR Jr. Diet soda intake and risk of incident metabolic syndrome and type 2 diabetes in the Multi-Ethnic Study of Atherosclerosis (MESA). Diabetes Care. 2009 Apr;32(4):688-94. doi: 10.2337/dc08-1799. Epub 2009 Jan 16.
– 8. Micha R, Mozaffarian D. Trans fatty acids: effects on metabolic syndrome, heart disease and diabetes. Nat Rev Endocrinol. 2009 Jun;5(6):335-44. doi: 10.1038/nrendo.2009.79. Epub 2009 Apr 28.
– 9. Mirmiran P, Yuzbashian E, Asghari G, Hosseinpour-Niazi S, Azizi F. Consumption of sugar sweetened beverage is associated with incidence of metabolic syndrome in Tehranian children and adolescents. Nutr Metab (Lond). 2015 Jul 30;12:25. doi: 10.1186/s12986-015-0021-6. eCollection 2015.
– 10. Song S, Lee JE, Song WO, Paik HY, Song Y. Carbohydrate intake and refined-grain consumption are associated with metabolic syndrome in the Korean adult population. J Acad Nutr Diet. 2014 Jan;114(1):54-62. doi: 10.1016/j.jand.2013.08.025. Epub 2013 Nov 5.
– 11. Sun K, Ren M, Liu D, Wang C, Yang C, Yan L. Alcohol consumption and risk of metabolic syndrome: a meta-analysis of prospective studies. Clin Nutr. 2014 Aug;33(4):596-602. doi: 10.1016/j.clnu.2013.10.003. Epub 2013 Oct 14.<
– 12. Lorente-Cebrián S, Costa AG, Navas-Carretero S, Zabala M, Martínez JA, Moreno-Aliaga MJ. Role of omega-3 fatty acids in obesity, metabolic syndrome, and cardiovascular diseases: a review of the evidence. J Physiol Biochem. 2013 Sep;69(3):633-51. doi: 10.1007/s13105-013-0265-4. Epub 2013 Jun 22.
– 13. Victor L Fulgoni, Mark Dreher and Adrienne J Davenport. Avocado consumption is associated with better diet quality and nutrient intake, and lower metabolic syndrome risk in US adults: results from the National Health and Nutrition Examination Survey (NHANES) 2001–2008. Nutrition Journal 2013 12:1. https://doi.org/10.1186/1475-2891-12-1
– 14. Medjakovic S, Jungbauer A. Pomegranate: a fruit that ameliorates metabolic syndrome. Food Funct. 2013 Jan;4(1):19-39. doi: 10.1039/c2fo30034f. Epub 2012 Oct 12.
– 15. Firouzeh Sajjadi, Mojgan Gharipour, Noushin Mohammadifard, Fatemeh Nouri, Maryam Maghroun, and Hasan Alikhasi. Relationship between legumes consumption and metabolic syndrome: Findings of the Isfahan Healthy Heart Program. ARYA Atheroscler. 2014 Jan; 10(1): 18–24.
– 16. Metabolic Syndrome. NHLBI Health Topics. PubMed Health. U.S. National Library of Medicine – The World’s Largest Medical Library.
– 17. Jun Yin, Hanjie Zhang, and Jianping Ye. Traditional Chinese Medicine in Treatment of Metabolic Syndrome. Endocr Metab Immune Disord Drug Targets. Author manuscript; available in PMC 2009 Jun 1.Published in final edited form as: Endocr Metab Immune Disord Drug Targets. 2008 Jun; 8(2): 99–111.
– 18. Agrawal P, Rai V, Singh RB. Randomized placebo-controlled, single blind trial of holy basil leaves in patients with noninsulin-dependent diabetes mellitus. Int J Clin Pharmacol Ther. 1996 Sep;34(9):406-9.
– 19. Ichimura M, Kato S, Tsuneyama K, Matsutake S, Kamogawa M, Hirao E, Miyata A, Mori S, Yamaguchi N, Suruga K, Omagari K. Phycocyanin prevents hypertension and low serum adiponectin level in a rat model of metabolic syndrome. Nutr Res. 2013 May;33(5):397-405. doi: 10.1016/j.nutres.2013.03.006. Epub 2013 Apr 18.
– 20. Vecera Rostislav, Orolin Jan, Skottová Nina, Kazdová, Ludmila, Oliyarnik Olena, Ulrichová Jitka, Simánek Vilím. The influence of maca (Lepidium meyenii) on antioxidant status, lipid and glucose metabolism in rat. Plant Foods Hum Nutr 2007 Jun ;62(2)::59-63.
– 21. Saber Abdelruhman Sakr, Mohamed El-said Zoil, and Samraa Samy El-shafey. Ameliorative effect of grapefruit juice on amiodarone-induced cytogenetic and testicular damage in albino rats. Asian Pac J Trop Biomed. 2013 Jul; 3(7): 573–579. doi: 10.1016/S2221-1691(13)60116-1
– 22. Yan Shen, Liu-Nan Jia, Natsumi Honma, Takashi Hosono, Toyohiko Ariga, and Taiichiro Seki. Beneficial Effects of Cinnamon on the Metabolic Syndrome, Inflammation, and Pain, and Mechanisms Underlying These Effects – A Review. J Tradit Complement Med. 2012 Jan-Mar; 2(1): 27–32.
– 23. Nafiseh Shokri Mashhadi, Reza Ghiasvand, Mitra Hariri, Gholamreza Askari, Awat Feizi, Leila Darvishi, Maryam Hajishafiee, and Azam Barani. Effect of Ginger and Cinnamon Intake on Oxidative Stress and Exercise Performance and Body Composition in Iranian Female Athletes. Int J Prev Med. 2013 Apr; 4(Suppl 1): S31–S35.
– 24. Carroll S, Dudfield M. What is the relationship between exercise and metabolic abnormalities? A review of the metabolic syndrome. Sports Med. 2004;34(6):371-418.
– 25. Case CC, Jones PH, Nelson K, O’Brian Smith E, Ballantyne CM. Impact of weight loss on the metabolic syndrome. Diabetes Obes Metab. 2002 Nov;4(6):407-14.
– 26. Owczarczyk-Saczonek AB, Nowicki R. The association between smoking and the prevalence of metabolic syndrome and its components in patients with psoriasis aged 30 to 49 years. Postepy Dermatol Alergol. 2015 Oct;32(5):331-6. doi: 10.5114/pdia.2015.54743. Epub 2015 Oct 29.
– source : Metabolic Syndrome: Proven Diet & Natural Treatment Plan. Dr Axe.

Autres articles

La graisse viscérale : qu’est-ce que c’est ? Et pourquoi c’est si dangereux ?
La bague d’orteil amincissante ou l’anneau minceur aident-ils à perdre du poids ?
Comment lutter contre la rétention d’eau et perdre du poids en eau naturellement ?
Qu'est-ce que le syndrome métabolique ? Comment le prévenir et le traiter naturellement ?
Guide du débutant du Mindful Eating, la technique pour manger en pleine conscience
Comment mesurer votre pourcentage de graisse corporelle ? Voici les 10 meilleures façons de le faire
Les dangers des métaux lourds et comment faire une désintoxication ?
Detox du foie : utilité, bénéfices, risques et alternatives saines
Les avantages communs à tous les bons régimes detox
Detox après les fêtes : les bons plans pour éliminer les excès
Quels sont les meilleurs probiotiques pour la perte de poids et où les trouver ?
Plantes pour maigrir : noms, effets et précautions d'utilisation
Comment réduire 500 calories par jour sans effort ?
Revue scientifique de Garcinia Cambogia
Garcinia cambogia interdit en France et en Europe ?
Revue scientifique du Hoodia Gordonii, le coupe-faim naturel
Revue scientifique du Raspberry Ketone
Acide hydroxycitrique : utilisations, effets secondaires, interactions, dosage et précautions
PhenQ Vs Phen375 : lequel choisir ?
Comment choisir un bon programme pour maigrir ?
Et si votre manière de vous peser est fausse ?
Des vérités surprenantes au sujet de votre métabolisme
Risques d'inactivité physique : comment les éviter ?
Le plan à 3 étapes pour apprendre comment maigrir rapidement
Mauvais sommeil et perte de poids : quelle liaison ?
Le stress, fait-il grossir ou maigrir ?
Cette étude pourrait-elle expliquer le mécanisme de la frénésie alimentaire ?
5 Habitudes qui ralentissent le métabolisme
Pourquoi vous ne perdez pas du poids malgré tous vos efforts ?
Pourquoi on grossit ? Les 12 causes les plus probables
20 conseils pour maigrir durablement et sainement
Les habitudes à adopter pour perdre du ventre
Pourquoi et quand faut-il consulter un diététicien ?
Les conseils vestimentaires des stylistes pour paraitre plus mince
Shopping pendant la période de transition de perte de poids
Les avantages et les inconvénients du Legging minceur
Affinez votre silhouette grâce au débardeur amincissant
Conseils et astuces pour s'habiller selon sa morphologie
La technique d’amincissement non chirurgicale Coolsculpting
Complément alimentaire minceur : comment choisir le vôtre ?
Les compléments alimentaires minceur dangereux selon la FDA
Achat en ligne, les règles à respecter pour votre sécurité
Avant de commander un essai gratuit, lisez ce qui suit
previous arrow
next arrow
Slider
Notre note
Note de nos lecteurs
[Total des votes: 0 Note totale: 0]

Espace commentaires

Partagez votre avis

Votre email ne sera pas affiché au public.


*


Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.