Régime à faible teneur en gras vs régime à faible teneur en glucides : lequel est meilleur pour perdre la graisse ?

regime-pauvre-en-gras-vs-regime-pauvre-en-glucides

Une nouvelle étude [1] a apparemment remis en cause tout ce que nous savons sur ce sujet ! En 2015, la revue “Cell Metabolism” a publié une étude qui aurait dû changer la donne. Pourquoi ? Parce que les conclusions de cette étude ont rapporté que contrairement à la croyance actuelle, un régime pauvre en gras peut conduire à une plus grande perte de graisse corporelle mieux qu’un régime pauvre en glucides (ou hydrates de carbone).

Or, les conclusions de cette étude ont été – pour une raison ou une autre – ignorés ! Pourquoi ? Peut être parce que cette révélation ne plaisait pas aux partisans du régime à faible teneur en glucides et pourrait mettre en péril tout leur arsenal d’arguments.

Comment s’est déroulée cette étude ?

Des scientifiques du National Institutes of Health des États-Unis, dirigés par le Dr Kevin Hall, ont recruté 19 hommes obèses et les ont confinés dans une salle métabolique pendant une période de deux semaines. Tout ce que ces volontaires mangeaient était soigneusement mesuré et alloué.

Au cours de la première période (soit les deux premières semaines), les hommes ont vu leur apport calorique réduit d’environ 30% suite à la restriction des glucides uniquement (régime pauvre en glucides). Au cours de la deuxième période (les deux semaines suivantes), les conditions du test ont été inversées et les hommes sont passés à un régime pauvre en gras. L’apport calorique a été maintenu quel que soit le nutriment restreint (gras ou glucides). En parallèle, les chercheurs ont réalisé un suivi quotidien de la quantité de graisse corporelle brûlée par les participants.

Les résultats de l’étude : le régime pauvre en gras est-il meilleur ?

Les volontaires qui ont suivi un régime pauvre en gras ont perdu 89 grammes par jour de graisse corporelle tandis que ceux qui ont suivi un régime pauvre en glucides ont perdu 53 grammes par jour. Et contrairement aux stipulations des adeptes des diètes cétogènes, les chercheurs ont constaté que l’insuline a joué un rôle limité, voire insignifiant dans la perte de graisse enregistrée.

Certes, le régime pauvre en glucides est en général moins insulinogène (et donc entraine une plus grande quantité de graisse brûlée). Or, c’est le régime pauvre en gras qui a entrainé la plus grande perte de graisse corporelle. Ce constat remet en cause la théorie selon laquelle une production élevée d’insuline entraine moins de perte de graisse corporelle et engendre plus de stockage de la graisse corporelle.

Interprétation et limites de l’étude

Deux problèmes potentiels sont à souligner au cours de cette étude. D’une part, le nombre de participants est très réduit (19 volontaires seulement). Cependant, il faut tout de même avouer que mettre 19 personnes obèses dans une «cuisine métabolique» où tout ce qu’ils mangent est surveillé, est un processus onéreux.

Deuxièmement, les chercheurs ont fait quelques projections mathématiques à la fois sur les personnes qui ont suivi un régime pauvre en glucides et ceux qui ont suivi un régime pauvre en gras et ont tenté de calculer le résultat si l’étude a été conduite sur une période de 6 mois. Selon les calculs prévisionnels, ils ont conclu que le fait de suivre un régime pauvre en gras pendant cette période aurait conduit à une perte de graisse modestement meilleure (environ 3kg) qu’un régime pauvre en glucides.

“Alors que la présente étude a démontré la possibilité théorique que les régimes isocaloriques différant en glucides et en graisses peuvent entraîner des pertes de graisse corporelle différentes, le corps agit pour minimiser ces différences.”

Par conséquent et si vous donnez une quelconque crédibilité à cette étude (et vous devriez le faire), vous devriez reconsidérer votre position vis-à-vis les glucides alimentaires.

En fin de compte, ce qui importe le plus pour la perte (ou le gain) de la graisse corporelle pourrait bien être ce que tous les diététiciens soulignaient : Les calories importent plus que les nutriments spécifiques.

A lire aussi :  regime-thonon

Donc, le régime pauvre en glucides ne fonctionne pas ?

Cette étude n’essaie pas de suggérer que le régime pauvre en glucides ne fonctionne pas. Et ces chercheurs l’ont clairement exprimé … c’est également le cas pour tout régime où vous êtes invitée à penser à ce que vous mangez. Pourtant, on devrait se demander pourquoi ce régime pauvre en glucide fonctionne, puisque les résultats de cette étude ont démontré que l’insuline ne joue pas de rôle déterminant dans la perte de graisse, au moins quand il s’agit de glucides.

Cela dit, ceci n’est pas une invitation à sous-estimer le rôle de cette substance. Au contraire, vous devriez faire de votre mieux pour augmenter la sensibilité à l’insuline. Plus vous le faites et plus il vous sera facile de réduire votre graisse corporelle globale sans parler des autres avantages pour la santé que vous allez y gagner.

Références

– 1. Hall KD, Bemis T, Brychta R, Chen KY, Courville A, Crayner EJ, Goodwin S, Guo J, Howard L, Knuth ND, Miller BV 3rd, Prado CM, Siervo M, Skarulis MC, Walter M, Walter PJ, Yannai L. “Calorie for Calorie, Dietary Fat Restriction Results in More Body Fat Loss than Carbohydrate Restriction in People with Obesity.” Cell Metab. 2015 Sep 1;22(3):427-36.
– source : https://www.t-nation.com/diet-fat-loss/tip-low-fat-vs-low-carb-for-fat-loss

Soyez la première à partager votre avis

Et vous, vous en pensez quoi ?

Votre email ne sera pas affiché.


*