Symptômes des allergies alimentaires et 6 façons de les réduire

symptomes-dune-allergie-alimentaire

L’allergie alimentaire est l’une des maladies immunitaires qui constitue un grave problème de santé dans le monde. On estime qu’un cinquième de la population pense avoir des réactions indésirables aux aliments, mais la prévalence réelle des allergies alimentaires varie entre 3 et 4% de la population mondiale.

Malgré la gravité des risques des réactions allergiques – et qui peuvent dans des cas extrêmes causer la mort –, il n’y a malheureusement pas de traitement actuel pour soigner l’allergie alimentaire. Le seul remède c’est la prévention ! Essayer d’éviter les allergènes ou en cas d’allergie, traiter les symptômes reste la seule option disponible pour le moment.

Heureusement, il existe des moyens naturels pour réduire l’allergie alimentaire. Ces moyens peuvent aider à stimuler le système immunitaire et améliorer le microbiote intestinal, ce qui contribue à réduire le développement des allergies alimentaires et réduit donc leurs symptômes.

Qu’est-ce qu’une allergie alimentaire ?

Une allergie alimentaire c’est la réponse du système immunitaire à un aliment désagréable. En d’autres termes, quand le corps détecte qu’un composé particulier d’un aliment peut être dangereux, il déclenche une réaction du système immunitaire pour se protéger et ce en produisant de l’histamine.

Le corps mémorise cette substance jugée dangereuse et quand elle est consommée une nouvelle fois, son processus de défense est immédiatement déclenché.

Intolérance alimentaire vs allergie alimentaire

Le diagnostic des allergies alimentaires peut être problématique car les réactions alimentaires non allergiques, telles que les intolérances alimentaires, sont souvent confondues avec les symptômes d’allergie alimentaire.

Les allergies alimentaires et les intolérances sont souvent liées, mais il y a une nette différence entre les deux conditions. L’intolérance dérivée d’un mécanisme immunologique est appelée allergie alimentaire, et la forme non immunologique est appelée intolérance alimentaire.

Une allergie alimentaire provient d’une réaction de l’anticorps immunoglobuline E spécifique de l’allergène qui se trouve dans la circulation sanguine. Les allergies alimentaires non IgE-médiées sont également possibles. Cela se produit lorsque quelqu’un est exposé à un aliment qui provoque des signes et des symptômes d’allergie, comme une dermatite de contact allergique.

Une intolérance alimentaire est une réaction indésirable aux aliments ou aux composants alimentaires, mais qui n’est pas due à des mécanismes immunologiques. Par exemple, une personne peut avoir une réponse immunologique au lait de vache à cause de la protéine du lait, ou cette personne peut être intolérante au lait à cause d’une incapacité à digérer le lactose.

L’incapacité à digérer le lactose entraîne une production excessive de liquide dans le tractus gastro-intestinal, entraînant ainsi des douleurs abdominales et de la diarrhée. Cette condition est appelée intolérance au lactose parce que le lactose n’est pas un allergène et la réponse n’est pas immunitaire. [1]

Les intolérances alimentaires ne sont pas spécifiques et les symptômes ressemblent souvent à des plaintes communes médicalement inexpliquées, telles que des problèmes digestifs. [2]

Allergies alimentaires les plus fréquentes

Les allergies alimentaires à IgE sont les réactions alimentaires indésirables les plus fréquentes et les plus dangereuses. Elles provoquent une réaction anormale du système immunitaire lorsque ce dernier est exposé à un ou plusieurs aliments spécifiques.

Les réactions immédiates aux allergies alimentaires IgE-médiées sont causées par un anticorps anti-immunoglobuline E spécifique de l’allergène qui se trouve dans la circulation sanguine.

Lorsque l’IgE fonctionne correctement, elle identifie les déclencheurs qui pourraient être nocifs pour l’organisme, tels que les parasites, et indique donc au corps de libérer de l’histamine. L’histamine provoque des symptômes d’allergie tels que l’urticaire, la toux et la respiration sifflante.

Parfois, les IgE réagissent aux protéines normales qui se trouvent dans les aliments et lorsque la protéine est absorbée pendant la digestion et qu’elle pénètre dans la circulation sanguine, le corps entier réagit comme si la protéine était une menace. C’est pourquoi les symptômes d’allergie alimentaire sont perceptibles au niveau de la peau, le système respiratoire, le système digestif et le système circulatoire.

Prévalence des allergies alimentaires

Selon une revue complète de 2014 publiée dans les revues cliniques en allergie et immunologie, la prévalence des allergies alimentaires chez les nourrissons est en augmentation et peut affecter jusqu’à 15-20% des nourrissons. [3]

Et les chercheurs de l’école de médecine de Mount Sinaï suggèrent que les allergies alimentaires touchent jusqu’à 6% des jeunes enfants et 3-4% des adultes [4]. Cette augmentation alarmante de ce taux nécessite une approche de santé publique dans la prévention et le traitement de l’allergie alimentaire, en particulier chez les enfants.

Les chercheurs suggèrent que cette augmentation de la prévalence des allergies alimentaires pourrait être due à un changement dans la composition, la richesse et l’équilibre du microbiote qui colonisent l’intestin humain au début de la petite enfance.

Le microbiome humain joue un rôle essentiel dans le développement et la fonction du système immunitaire au début de la vie. Puisque les allergies alimentaires IgE-médiées sont associées à un dérèglement immunitaire et à une altération de l’intégrité intestinale, il existe un intérêt substantiel dans le lien potentiel entre le microbiote intestinal et les allergies alimentaires [5].

Les 8 allergies alimentaires les plus courantes

Bien que toute nourriture puisse provoquer une réaction, relativement peu d’aliments sont responsables de la grande majorité des réactions allergiques significatives induites par les aliments.

Plus de 90% des allergies alimentaires sont causées par les aliments suivants :

1. Lait de vache

allergie-alimentaire-au-lait-de-vacheL’allergie aux protéines du lait de vache touche 2 à 7,5% des enfants. La persistance à l’âge adulte est rare car une tolérance se développe dans 51% des cas dans les 2 ans et 80% des cas dans 3-4 ans [6].

De nombreuses protéines du lait ont été impliquées dans les réponses allergiques et la plupart d’entre elles ont montré qu’elles contenaient de multiples épitopes allergéniques.

Les réactions induites par les IgE au lait de vache sont courantes dans la petite enfance et les réactions non IgE-médiées sont fréquentes chez les adultes.

Une étude publiée en 2005 dans le Journal de l’American College of Nutrition suggère que la prévalence de l’allergie au lait de vache auto-diagnostiquée est 10 fois plus élevée que l’incidence cliniquement prouvée, suggérant qu’une importante population restreint inutilement les produits laitiers (à des fins allergiques) [7].

2 Œufs

allergie-alimentaire-aux-oeufsAprès le lait de vache, l’allergie aux œufs de poule est la deuxième allergie alimentaire la plus courante chez les nourrissons et les jeunes enfants.

Une méta-analyse récente de la prévalence de l’allergie alimentaire a estimé que l’allergie aux œufs affecte de 0,5 à 2,5% des jeunes enfants.

L’allergie aux oeufs se présente généralement dans la seconde moitié de la première année de vie, avec un âge médian de présentation de 10 mois.

La plupart des réactions se produisent lors de la première exposition connue d’un enfant à l’œuf. L’eczéma étant le symptôme le plus courant.

Cinq protéines allergènes majeures de l’œuf du poulet domestique ont été identifiées, la plus dominante étant l’ovalbumine [8].

3. Soja

allergie-alimentaire-au-sojaL’allergie au soja affecte environ 0,4% des enfants.

Selon une étude menée en 2010 à l’école de médecine de l’Université John Hopkins, 50% des enfants allergiques au soja ont surmonté leur allergie à l’âge de 7 ans [9].

La prévalence de la sensibilisation après l’utilisation de préparations à base de soja est d’environ 8,8%.

La formule de soja est couramment utilisée pour les nourrissons allergiques au lait de vache et la recherche suggère que l’allergie au soja ne se produit que chez une petite minorité de jeunes enfants présentant une allergie au lait de vache associée aux IgE [10].

4. Blé

allergie-alimentaire-au-bleLes troubles liés au gluten, y compris l’allergie au blé, la maladie cœliaque et la sensibilité au gluten non coeliaque, ont une prévalence mondiale estimée proche de 5%.

Ces troubles partagent des symptômes similaires, ce qui rend difficile un diagnostic clair.

Une allergie au blé représente un type de réaction immunologique indésirable aux protéines contenues dans le blé et les grains apparentés. Les anticorps IgE interviennent dans la réponse inflammatoire à plusieurs protéines allergéniques présentes dans le blé.

L’allergie au blé affecte la peau, les voies gastro-intestinales et les voies respiratoires. L’allergie au blé montre une plus grande prévalence chez les enfants qui dépassent généralement l’allergie en âge scolaire [11].

5. Arachides (cacahuète ou cacahouète)

allergie-alimentaire-aux-arachidesL’allergie à l’arachide a tendance à se manifester tôt dans la vie et les individus affectés ne la dépassent généralement pas. Chez les personnes très sensibles, seules des traces d’arachides peuvent induire une réaction allergique.

La recherche suggère qu’une exposition précoce aux arachides peut réduire le risque de développer cette allergie.

Selon une étude de 2010, l’allergie à l’arachide touche environ 1% des enfants et 0,6% des adultes des États-Unis. Les arachides sont peu coûteuses et sont souvent consommées sous forme non modifiée et comme composants dans la préparation dans de nombreux plats. C’est pourquoi elles provoquent le plus grand nombre de cas d’anaphylaxie grave et de décès [12].

6. Noix

allergie-alimentaire-aux-noixLa prévalence des allergies aux noix continue d’augmenter dans le monde entier, affectant environ 1% de la population mondiale.

Ces allergies commencent le plus souvent durant l’enfance, mais elles peuvent survenir à tout âge. Seulement 10% (environ) des personnes dépassent les allergies aux noix. Et les réactions fréquentes à vie causées par l’ingestion accidentelle sont un problème sérieux [13].

Les noix les plus fréquemment responsables de réactions allergiques comprennent les noisettes, les noix, les noix de cajou et les amandes. Ceux qui sont moins fréquemment associés aux allergies incluent les noix de pécan, les châtaignes, les noix du Brésil, les noix de pin, les noix de macadamia, la pistache, la noix de coco, les noix de Nangai et les glands.

Une revue systématique de 2015 a révélé que les allergies aux noix et aux noix de cajou étaient les types d’allergie aux noix les plus répandus.

7. Poisson

allergie-alimentaire-au-poissonSelon une étude publiée dans Clinical Reviews of Allergy and Immunology, les réactions indésirables aux poissons ne sont pas seulement causées par la réaction du système immunitaire, mais sont souvent causées par diverses toxines et parasites.

Les réactions allergiques au poisson peuvent être graves et peuvent même mettre la vie en danger. Et les enfants ne dépassent généralement pas ce type d’allergie alimentaire.

Une réaction ne se limite pas à l’ingestion de poisson, car elle peut également être provoquée par la manipulation du poisson et l’ingestion des vapeurs de cuisson.

Les taux de prévalence de l’allergie au poisson autodéclarée varient de 0,2 à 2,29% dans la population générale, mais peuvent atteindre jusqu’à 8% chez les travailleurs dans la transformation du poisson [14].

8. Crustacés

allergie-alimentaire-aux-crustacesLes réactions allergiques aux coquillages, qui comprennent les groupes de crustacés (crabes, homards, écrevisses, crevettes, krill, cloportes et bernaches) et les mollusques (calmar, poulpe et seiche), peuvent provoquer des symptômes cliniques allant de l’urticaire légère (urticaire) ) et le syndrome d’allergie orale à des réactions anaphylactiques potentiellement mortelles.

L’allergie aux mollusques est connue pour être commune et persistante chez les adultes, et elle peut causer l’anaphylaxie.

La prévalence de l’allergie aux mollusques est de 0,5 à 5%. La plupart des enfants allergiques aux mollusques et aux crustacés sont également sensibles aux allergènes d’acariens et de blattes [15].

Un phénomène appelé réactivité croisée peut survenir lorsqu’un anticorps réagit non seulement avec l’allergène d’origine, mais aussi avec un allergène similaire.

La réactivité croisée se produit lorsqu’un allergène alimentaire partage une similarité structurelle ou de séquence avec un allergène alimentaire différent, ce qui peut alors déclencher une réaction indésirable similaire à celle déclenchée par l’allergène alimentaire d’origine. Ceci est commun parmi différents coquillages et différentes noix [16].

Symptômes de réaction allergique

Les symptômes d’allergie alimentaire peuvent aller de légers à graves. Dans de rares cas, elles peuvent entraîner une réaction anaphylactique, une réaction allergique grave et potentiellement mortelle.

L’anaphylaxie peut nuire à la respiration, provoquer une chute spectaculaire de la tension artérielle et modifier la fréquence cardiaque. Elle peut se déclencher quelques minutes après la consommation d’un aliment allergène.

Si une allergie alimentaire provoque une anaphylaxie, elle peut être fatale et doit être traitée par une injection d’épinéphrine (une version synthétique de l’adrénaline).

Les symptômes d’allergie alimentaire peuvent concerner la peau, les voies gastro-intestinales, le système cardiovasculaire et les voies respiratoires. Certains symptômes communs comprennent :

  • Vomissement ;
  • Crampes d’estomac ;
  • Toux ;
  • Respiration sifflante ;
  • Essoufflement ;
  • Difficulté à avaler
  • Gonflement de la langue.  ;
  • Incapacité de parler ou de respirer ;
  • Pouls faible ;
  • Vertiges  ;
  • Peau pâle ou de couleur bleue.

La plupart des symptômes d’allergie alimentaire se produisent dans les deux heures qui suivent la consommation de l’allergène et souvent ils commencent dans les minutes qui suivent [1].

L’allergie alimentaire induite par l’exercice est lorsque l’ingestion d’un allergène alimentaire provoque une réaction pendant l’exercice. Lorsque vous faites de l’exercice, la température de votre corps augmente et si vous avez consommé un allergène juste avant de faire de l’exercice, vous pourriez développer de l’urticaire, des démangeaisons ou même vous sentir étourdi.

La meilleure façon d’éviter l’allergie alimentaire induite par l’exercice est d’éviter complètement l’allergène alimentaire pendant au moins 4 à 5 heures avant tout exercice [17].

Test d’allergie alimentaire

test-d-allergie-alimentaireUne approche systématique du diagnostic comprend une consultation minutieuse de l’historique médical, suivie par des tests en laboratoire, des régimes d’élimination pour confirmer le diagnostic.

Il est important d’être évalué et diagnostiqué par un professionnel de la santé ou un allergologue. L’auto-diagnostic des allergies alimentaires peut entraîner des restrictions alimentaires inutiles et une nutrition inadéquate, en particulier chez les enfants.

Récemment, un nombre croissant de tests commerciaux pour les allergies alimentaires sont commercialisés auprès des consommateurs et des professionnels de la santé.

Les tests d’intolérance aux IgG ou aux aliments visent à identifier les sensibilités alimentaires, les intolérances alimentaires ou les allergies alimentaires, mais les chercheurs estiment qu’il s’agit d’une forme de test non validée.

Le test vérifie les taux de l’immunoglobuline G (IgG) – un anticorps créé par le corps pour lutter contre un certains aliments allergènes – dans le sang.

Le sang prélevé est exposé in vitro à un panel d’aliments et de composants alimentaires. Le degré de liaison de l’anticorps IgG total à chaque aliment est mesuré pour déterminer lequel des aliments crée une réponse immunitaire. Le degré de sensibilité ou d’allergie est ensuite classé par une échelle de classification.

Le problème avec ces types de tests d’allergie alimentaire est que contrairement aux anticorps IgE, qui sont responsables des allergies, les anticorps IgG se trouvent à la fois chez les personnes allergiques et celles non allergiques. Les IgG sont les anticorps normaux produits par le corps pour combattre les infections.

Les chercheurs croient que la présence d’IgG spécifiques à la nourriture est en fait un marqueur d’exposition et de tolérance à la nourriture, et pas nécessairement un signe d’allergie. Par conséquent, des résultats d’analyse positifs pour les IgG spécifiques aux aliments restent éventuels chez les adultes et les enfants normaux et en bonne santé.

Pour cette raison, la probabilité de faux diagnostics est trop élevée et les gens pourront être induits dans l’erreur par les informations fournies par ce genre de tests d’intolérance alimentaire [18].

En outre et à cause de la mauvaise utilisation potentielle de ce type de test, il existe une controverse entourant les tests de sensibilité alimentaire, et de nombreux chercheurs croient que ces tests ne sont pas appropriés pour faire un diagnostic d’allergie alimentaire.

Les tests IgG peuvent aussi rendre les parents anxieux surtout si le test est destiné à leur enfant et que le résultat obtenu est positif [19].

Selon une étude publiée dans Allergy, Asthma & Clinical Immunology, le plus grand risque de ces types de tests est qu’une personne ayant une véritable allergie alimentaire IgE et qui présente un risque important d’anaphylaxie potentiellement mortelle, peut très bien ne pas obtenir un résultat qui montre ses niveaux élevés d’IgG spécifiques à son allergène particulier. Il peut donc être mal conseillé et risque de de réintroduire cet allergène potentiellement mortel dans son alimentation [20].

Au lieu de dépendre de l’auto-diagnostic ou des tests non approuvés, consultez un allergologue qui commencera par mener un dépistage médical complet.

Après une consultation de l’historique médical, un allergologue procédera généralement à une combinaison de tests qui lui donnera suffisamment d’informations pour fournir un diagnostic correct. Ces tests peuvent comprendre un test cutané, un test sanguin, un test alimentaire oral et un régime d’élimination alimentaire [21].

6 façons de réduire les symptômes des allergies alimentaires

Il n’existe actuellement aucun traitement disponible pour prévenir ou traiter les allergies alimentaires. La gestion des allergies alimentaires consiste à éviter l’ingestion de l’allergène responsable et à savoir quoi faire en cas d’ingestion involontaire.

Les traitements naturels suivants pour les allergies alimentaires vous aideront à faire face aux symptômes d’allergie alimentaire et à les rendre moins sévères.

1. Regime GAPS

Le régime GAPS est un plan de repas conçu pour réparer la paroi intestinale, stimuler le système immunitaire, arrêter la surcharge toxique et empêcher les toxines d’entrer dans la circulation sanguine. Il est couramment utilisé pour le traitement des maladies auto-immunes.

Le régime se concentre sur l’élimination des aliments difficiles à digérer et qui endommagent sur la flore intestinale. Il tend à les remplacer par des aliments riches en nutriments pour donner à la muqueuse intestinale une chance de guérir et de sceller [22].

Dans le cadre du régime GAPS, il faut éviter les aliments transformés, les céréales, le sucre transformé, les glucides amylacés et les pommes de terre, les produits chimiques et les conservateurs artificiels, ainsi que la viande et les produits laitiers conventionnels.

Au lieu de manger ces aliments inflammatoires, il faut se concentrer sur la consommation d’aliments curatifs comme le bouillon d’os, les légumes non féculents, les viandes sauvages biologiques, les graisses saines et les aliments riches en probiotiques.

2. Enzymes digestives

La digestion incomplète des protéines alimentaires peut être liée à des allergies alimentaires et peut provoquer des symptômes gastro-intestinaux.

Prendre des enzymes digestives avec les repas peut aider le système digestif à décomposer complètement les particules alimentaires. Il sert également comme remède vital contre les allergies alimentaires.

devigest-flacon

3. Probiotiques

Les suppléments probiotiques stimulent la fonction immunitaire et réduisent le risque de développer des allergies alimentaires.

Une étude de 2011 publiée dans Bioscience of Microbiote, Food and Health a évalué 230 nourrissons ayant une allergie présumée au lait de vache. Les nourrissons ont été répartis au hasard en groupes qui ont reçu un mélange de quatre souches probiotiques ou d’un placebo pendant quatre semaines. Les résultats ont montré que les probiotiques peuvent améliorer à la fois l’inflammation et la défense immunitaire de l’intestin.

Le traitement probiotique a stimulé davantage la maturation du système immunitaire puisque les nourrissons ayant reçu des probiotiques ont montré une résistance accrue aux infections respiratoires et une meilleure réponse des anticorps vaccinaux [23]

performance-probiotic

4. MSM (méthylsulfonylméthane)

La recherche suggère que les suppléments de MSM peuvent être efficaces dans la réduction des symptômes d’allergie.

MSM est un composé organique contenant du soufre qui est utilisé pour améliorer la fonction immunitaire, réduire l’inflammation et aider à restaurer le tissu corporel sain. Il peut être utilisé pour soulager les problèmes digestifs et les affections cutanées associées aux symptômes d’allergie [24].

msm

5. Vitamine B5

La vitamine B5 soutient la fonction surrénalienne et peut aider à contrôler les symptômes d’allergie alimentaire. Il est important de maintenir un tube digestif sain et stimuler la fonction immunitaire [25].

6. L-glutamine

L-glutamine est l’acide aminé le plus abondant dans le sang, et il peut aider à réparer l’intestin qui fuit et stimuler la santé immunitaire.

La recherche indique que l’intestin qui fuit, ou l’ hyperperméabilité intestinale, est susceptible de causer diverses pathologies, y compris les allergies. Les composés tels que la L-glutamine ont le potentiel mécanistique d’inhiber l’inflammation et le stress oxydatif [26].

l-glutamine

Références

– 1. Joshua A. Boyce, MD, Amal Assa’ad, MD, A. Wesley Burks, MD, Stacie M. Jones, MD, Hugh A. Sampson, MD, Robert A. Wood, MD, Marshall Plaut, MD, Susan F. Cooper, MSc, Matthew J. Fenton, PhD, S. Hasan Arshad, MBBS, MRCP, DM, FRCP, Sami L. Bahna, MD, DrPH, Lisa A. Beck, MD, Carol Byrd-Bredbenner, PhD, RD, FADA, Carlos A. Camargo, Jr, MD, DrPH, Lawrence Eichenfield, MD, Glenn T. Furuta, MD, Jon M. Hanifin, MD, Carol Jones, RN, AE-C, Monica Kraft, MD, Bruce D. Levy, MD, Phil Lieberman, MD, Stefano Luccioli, MD, Kathleen M. McCall, BSN, RN, Lynda C. Schneider, MD, Ronald A. Simon, MD, F. Estelle R. Simons, MD, Stephen J. Teach, MD, MPH, Barbara P. Yawn, MD, MPH, MSc, and Julie M. Schwaninger, MSc Guidelines for the Diagnosis and Management of Food Allergy in the United States J Allergy Clin Immunol. Author manuscript; available in PMC 2014 Nov 24. Published in final edited form as: J Allergy Clin Immunol. 2010 Dec; 126(6 0): S1–58. doi: 10.1016/j.jaci.2010.10.007.
– 2. Turnbull JL, Adams HN, Gorard DA. Review article: the diagnosis and management of food allergy and food intolerances. Aliment Pharmacol Ther. 2015 Jan;41(1):3-25. doi: 10.1111/apt.12984. Epub 2014 Oct 14.
– 3. Ho MH, Wong WH, Chang C. Clinical spectrum of food allergies: a comprehensive review. Clin Rev Allergy Immunol. 2014 Jun;46(3):225-40. doi: 10.1007/s12016-012-8339-6.
– 4. Sicherer SH, Sampson HA. 9. Food allergy. J Allergy Clin Immunol. 2006 Feb;117(2 Suppl Mini-Primer):S470-5.
– 5. John Molloy, Katrina Allen, Fiona Collier, Mimi L. K. Tang, Alister C. Ward, and Peter Vuillermin. The Potential Link between Gut Microbiota and IgE-Mediated Food Allergy in Early Life Int J Environ Res Public Health. 2013 Dec; 10(12): 7235–7256. Published online 2013 Dec 16. doi: 10.3390/ijerph10127235.
– 6. Solinas C, Corpino M, Maccioni R, Pelosi U. Cow’s milk protein allergy. J Matern Fetal Neonatal Med. 2010 Oct;23 Suppl 3:76-9. doi: 10.3109/14767058.2010.512103.
– 7. Crittenden RG, Bennett LE. Cow’s milk allergy: a complex disorder. J Am Coll Nutr. 2005 Dec;24(6 Suppl):582S-91S.
– 8. Jean-Christoph Caubet, MD and Julie Wang, MD. Current understanding of egg allergy. Pediatr Clin North Am. Author manuscript; available in PMC 2012 Apr 1. Published in final edited form as: Pediatr Clin North Am. 2011 Apr 1; 58(2): 427–443. doi: 10.1016/j.pcl.2011.02.014
– 9. Savage JH, Kaeding AJ, Matsui EC, Wood RA. The natural history of soy allergy. J Allergy Clin Immunol. 2010 Mar;125(3):683-6. doi: 10.1016/j.jaci.2009.12.994.
– 10. Katz Y, Gutierrez-Castrellon P, González MG, Rivas R, Lee BW, Alarcon P. A comprehensive review of sensitization and allergy to soy-based products. Clin Rev Allergy Immunol. 2014 Jun;46(3):272-81. doi: 10.1007/s12016-013-8404-9.
– 11. Luca Elli, Federica Branchi, Carolina Tomba, Danilo Villalta, Lorenzo Norsa, Francesca Ferretti, Leda Roncoroni, and Maria Teresa Bardella. Diagnosis of gluten related disorders: Celiac disease, wheat allergy and non-celiac gluten sensitivity World J Gastroenterol. 2015 Jun 21; 21(23): 7110–7119. Published online 2015 Jun 21. doi: 10.3748/wjg.v21.i23.7110
– 12. Fred D. Finkelman. Peanut allergy and anaphylaxis Curr Opin Immunol. Author manuscript; available in PMC 2011 Dec 1. Published in final edited form as: Curr Opin Immunol. 2010 Dec; 22(6): 783–788. Published online 2010 Nov 2. doi: 10.1016/j.coi.2010.10.005
– 13. Cox A, Sicherer SH. Peanut and tree nut allergy. Chem Immunol Allergy. 2015;101:131-44. doi: 10.1159/000375417. Epub 2015 May 21.
– 14. Sharp MF, Lopata AL. Fish allergy: in review. Clin Rev Allergy Immunol. 2014 Jun;46(3):258-71. doi: 10.1007/s12016-013-8363-1.
– 15. Thalayasingam M, Lee BW. Fish and shellfish allergy. Chem Immunol Allergy. 2015;101:152-61. doi: 10.1159/000375508. Epub 2015 May 21.
– 16. American College of Allergy, Asthma & Immunology Food Allergy
– 17. Beaudouin E, Renaudin JM, Morisset M, Codreanu F, Kanny G, Moneret-Vautrin DA. Food-dependent exercise-induced anaphylaxis–update and current data. Eur Ann Allergy Clin Immunol. 2006 Feb;38(2):45-51.
– 18. fare. food allergy research & education. Unproven and Non-Standardized Tests for Food Allergy by Philippe Bégin, MD, University of Montreal
– 19. Elana Lavine, MD Blood testing for sensitivity, allergy or intolerance to food CMAJ. 2012 Apr 3; 184(6): 666–668. doi: 10.1503/cmaj.110026
– 20. Stuart Carr,corresponding, Edmond Chan, Elana Lavine,and William Moote. CSACI Position statement on the testing of food-specific IgG. Allergy Asthma Clin Immunol. 2012; 8(1): 12. Published online 2012 Jul 26. doi: 10.1186/1710-1492-8-12
– 21. fare. food allergy research & education. DIAGNOSIS & TESTING
– 22. Site officiel GAPS francophonie. Dr Natasha Campbell-McBride, neurologue et nutritionniste
– 23. Erkki SAVILAHTI. Probiotics in the Treatment and Prevention of Allergies in Children. Biosci Microflora. 2011; 30(4): 119–128. Published online 2011 Nov 17. doi: 10.12938/bifidus.30.119
– 24. Barrager E1, Veltmann JR Jr, Schauss AG, Schiller RN. A multicentered, open-label trial on the safety and efficacy of methylsulfonylmethane in the treatment of seasonal allergic rhinitis. J Altern Complement Med. 2002 Apr;8(2):167-73.
– 25. Andrew L. Kau, Philip P. Ahern, Nicholas W. Griffin, Andrew L. Goodman,1 and Jeffrey I. Gordon Human nutrition, the gut microbiome, and immune system: envisioning the future Nature. Author manuscript; available in PMC 2012 Mar 9. Published in final edited form as: Nature. 2011 Jun 15; 4747351): 327–336. Published online 2011 Jun 15. doi: 10.1038/nature10213
– 26. Jean Robert Rapin, and Nicolas Wiernsperger. Possible Links between Intestinal Permeablity and Food Processing: A Potential Therapeutic Niche for Glutamine Clinics (Sao Paulo). 2010 Jun; 65(6): 635–643. doi: 10.1590/S1807-59322010000600012
– source : https://draxe.com/food-allergy-symptoms/

Autres articles dans la même rubrique

Comment reconnaitre les types de graisses (bonnes ou mauvaises ) ?
Les bienfaits de l’huile de Krill sont-ils meilleurs que ceux de l’huile de poisson ?
Comprendre la faim émotionnelle pour éviter les kilos émotionnels
Les avantages et les limites du jeûne intermittent expliqués
Quels sont les aliments à calories négatives et comment en profiter ?
Quelles sont les plantes médicinales pour maigrir ? Et comment les utiliser ?
Quand et pourquoi recourir à une cure Detox ? Et quels moyens utiliser ?
Les 10 principaux avantages du Shilajit, la panacée de l’Ayurveda
11 avantages impressionnants du Nopal
Les vertus médicinales, les avantages et les effets secondaires du fenugrec
Des recettes simples et naturelles de jus pour perdre du poids
Top 10 des meilleures boissons pour perdre du poids
4 erreurs de cuisson qui vous font gagner du poids
8 raisons d'utiliser l'huile de coco pour la perte de poids
12 idées simples pour accélérer le métabolisme sans sport
Les pires aliments à bannir de votre petit déjeuner
Carence en iode : les signes et symptômes à surveiller
Qu’est-ce qu’une carence en zinc et comment y remédier ?
Symptômes des allergies alimentaires et 6 façons de les réduire
Les avantages communs à tous les bons régimes detox
8 conseils pour réussir votre régime sans sucre
Régime pauvre en gras vs régime pauvre en glucides : Que choisir ?
Qu’est-ce que le protocole ou régime Budwig ?
Régime Dukan, le régime minceur le plus suivi en France
Régime Atkins: régime faible en glucides et plan de perte de poids
Perdez 10 kilos en 2 semaines grâce au Régime Thonon
Weight Watchers, le régime pour maigrir durablement
Régime méditerranéen : faits, bienfaits pour la santé et conseils culinaires
previous arrow
next arrow
Slider

Espace commentaires

Partagez votre avis

Votre email ne sera pas affiché au public.


*